Métamorphoses

Clytie, IV, 190-270.
Clytie fut aimée du Soleil, jusqu’à ce qu’il lui préfère une belle princesse persane.
Elle se laisse alors dépérir, renonçant à boire, à manger, passant ses jours à regarder passer au-dessus d’elle celui qu’elle aime en vain.
Elle maigrit, se desséche et finit par prendre racine, par se métamorphoser en cette plante que l’on nomme héliotrope…