Métamorphoses

Minerve et Arachné, VI, 1-145.
Arachné devait sa renommée à sa parfaite maîtrise du tissage, si parfaite qu’elle crut pouvoir défier Minerve elle-même, la déesse tisserande. Celle-ci releva le défi et réalisa une toile à la gloire des dieux. La jeune femme, quant à elle, représentait sur la sienne les aventures amoureuses de Jupiter, changé en taureau pour séduire Europe, en cygne pour s’unir à Léda, mais aussi celles de Neptune, d’Apollon...
Minerve, ne supportant pas que sa rivale eût fait une œuvre si parfaite, la frappa de sa navette. Sans doute ne supportait-elle pas non plus de voir les fautes des dieux si clairement dénoncées. Indignée, Arachné se pendit.
Alors, la déesse la métamorphosa en araignée, toujours suspendue à son fil, toujours tissant sa toile…