Métamorphoses

Atalante, X, 560-707.
Un oracle avait prescrit à la jeune Atalante de renoncer à se marier. Désireuse de le respecter, elle imposait à chacun de ses nombreux prétendants de rivaliser avec elle dans une épreuve de course à pied. Si le jeune homme l’emportait, il l’épouserait ; sinon, il serait exécuté.
Or, Atalante était si rapide qu’elle avait toujours devancé ses concurrents, jusqu’au jour où se présenta Hippomène. Il releva le défi et remporta la victoire. C’est qu’il avait reçu de Vénus trois pommes d’or, qu’il fit rouler pendant la course devant Atalante : celle-ci ne put résister à la tentation et, par trois fois, se retarda pour ramasser la pomme. Hippomène obtint donc la main d’Atalante, ce qui convenait d’ailleurs fort bien à la jeune fille, amoureuse du beau jeune homme.
Tout aurait été pour le mieux si le nouveau marié n’avait oublié de remercier celle à qui il devait sa victoire. Vénus se vengea...
Un jour qu’ils se promenaient, Hippomène fut soudain saisi d’une irrépressible envie de s’unir à Atalante ; ils entrent donc dans le premier bâtiment qui se présente. Or il s’agissait d’un édifice consacré à la déesse Cybèle, qu’ils souillent par leur acte.
En punition, Cybèle leur infligea d’être métamorphosés en lions et attelés à son char.
Ainsi s’accomplissait l’oracle…